Zerguini : "Pratique du football et Ramadan sont compatibles"

Publié le par Cool Supporter

Pratique du sport et religion, voilà un thème qui soulève beaucoup de questions. Le docteur Yacine Zerguini, membre de la Commission de Médecine de la FIFA et de la CAF, va mener très prochainement, avec le F-Marc, une étude sur les effets du Ramadan sur les joueurs musulmans. Une recherche passionnante qui dépassera largement le simple cadre médical.

Zerguini (Algérien né le 21/07/1954) est un éminent spécialiste, qui a fait toute sa carrière dans les plus importants hôpitaux d’Alger. Depuis la fin des années 1980, il s’est plus particulièrement penché sur les questions liant sport et médecine. Il est d’ailleurs membre du bureau exécutif et Président de la Commission de Médecine de la Fédération algérienne de football (FAF). L’entrevue qu’il a accordé à FIFA.com permet de faire le point sur la compatibilité entre pratique du football et du Ramadan

 


Pourquoi faire cette étude, et pour qui ?


Cette question mérite une introduction pour mieux expliquer la signification religieuse, sociale et culturelle du Ramadan. Le Ramadan est une période de jeûne dictée par le message divin à tous les musulmans ayant atteint l'âge de la puberté et en condition de soutenir cette épreuve sans pour autant qu’ils aient à nuire à leur santé. Cette "lune" d'autodiscipline physique et mentale, d'où doit être également exclu tout comportement malsain ou agressif, même verbal, se veut être une période de purification et de méditation internes; une période de régénération.

 

Durant cette période, les conditions de la pratique du football de compétition, dont on cerne de mieux en mieux les nécessités biologiques, restent peu connues. Quels sont les effets du jeûne sur l'organisme d'un joueur ou d'un arbitre de l'élite ? La haute compétition trouve-t-elle raisonnablement sa place durant cette période ? Comment pourrait-on expliquer la bonne résistance de certains joueurs évoluant au sein de championnats de haut niveau tout en pratiquant ce percept de leur culte ? Autant de questions qui ne trouvent pas encore toutes les réponses.

 

Une étude scientifique prospective, du niveau de celles entreprises par le F-Marc dans les domaines de la Traumatologie ou du Dopage, semble nécessaire pour faire toute la lumière sur le sujet. Cette étude n'aurait pas, naturellement, pour but de dicter leur conduite aux acteurs du jeu. Elle devrait nous permettre, à tous, de mieux comprendre, car faute de connaissances précises de l'effet de l'exercice physique soutenu, tel qu'on le conçoit pour un athlète d'élite, l'approche du Ramadan voit renaître régulièrement débats, controverses et même quelques polémiques... Cette étude permettra certainement de donner de meilleures réponses aux questions posées, médicales ou éthiques.

 

 

En quoi le ramadan peut influer sur le physique, l'organisme des joueurs ?


Au point de vue médical, la pratique du Football durant le mois de Ramadan nousinterpelle sur de nombreux sujets. Hormis, peut être, les problèmes de traumatologie et de la sphère cardio-respiratoire, tous les autres paramètres de l'environnement médical du Football moderne sont concernés :
- Préparation physique sur le terrain
- Préparation psychologique
- Nutrition et métabolisme
- Gestion des fluides et des électrolytes
- Chronobiologie
Du point de vue énergétique et de l'équilibre hydro électrolytique, il serait logique de penser que les capacités des acteurs du jeu seraient amoindries. L'hypoglycémie et la déshydratation, pour ne prendre que ces deux paramètres, seraient de mise. Que se passe-t-il du point de vue endocrinien et dans le domaine de la fonction rénale ? Nous ne le savons que trop peu dans le cadre d’une intense dépense physique et du stress.

 

ans la littérature, assez pauvre, l'on retrouve l'évocation d'un phénomène dit de "surcompensation". Il expliquerait l'augmentation progressive, à partir de la 1ère semaine, des réserves énergétiques chez l'athlète par l'association du jeûne, de l'entraînement et du régime hyper glucidique. Cela reste à démontrer. Comme restent à élucider les mécanismes biochimiques de mobilisation de cette énergie stockée.

 

 

En quoi cette étude pourrait aider les footballeurs musulmans ?


L’Ijtihad, ou recherche scientifique en matière religieuse en Islam, est une des formes les plus importantes de la foi. Aussi cette étude s’inscrit parfaitement dans les percepts de l’Islam originel. Elle permettra, d’abord à tous les médecins en charge de ces athlètes, de mieux les conseiller et mieux les prendre en charge. Elle permettra aux footballeurs de mieux comprendre et d’assumer leur foi en toute connaissance de cause.

 

 

Le rythme de vie et de digestion générés par le ramadan peut-il également jouer un rôle sur les organismes ?


Le rythme de vie et le rythme nutritionnel sont des éléments fondamentaux, si l’on tente de comprendre les effets du Ramadan sur l’organisme des athlètes. En effet, la perturbation chrono biologique domine; Avec en particulier une modification du rythme veille-sommeil et un changement du programme alimentaire. Le changement du programme diététique se fait tant dans le rythme que dans la nature même des aliments. Les athlètes acceptent mal les menus "sportifs" habituels en raison d'une tradition culinaire liée au ramadan, qui leur semble incontournable. Ils acceptent tout aussi mal les regroupements et autres "mises au vert" durant un mois considéré comme sacré. L'aspect psychologique complique donc le tableau.

 

 

Le ramadan est-il uniquement "négatif" (au plan physique) pour les joueurs, ou peut on également dégager des aspects positifs de cette pratique religieuse ?


Il est difficile de répondre à cette question. Les travaux scientifiques que nous allons mener permettront de le faire plus tranquillement. L’aspect « régénération » et renouvellement des stocks d’énergie sont fortement pressentis, mais cela reste, pour l’instant, une hypothèse de recherche. D’autre part il est fort probable que les effets du ramadan soient liés aux qualités spirituelles et aux capacités physiques de chaque athlète. D’ailleurs, l’étude psychologique et de la personnalité fait partie intégrante de notre projet de recherche.

 

 

Les résultats des trois formations musulmanes au Championnat du Monde Juniors, finalement plutôt bons au vu de leur niveau mondial, vous ont-ils surpris ?


Plutôt surpris pour deux raisons. Le Championnat du monde Juniors 2003, aux EAU, se situait dans la semaine qui suivait la fin du Ramadan :
- la préparation finale de ces équipes a donc du se dérouler pendant le mois de jeûne, avec une adaptation progressive.
- La compétition a commencé durant la période de retour à un cycle chrono biologique et nutritionnel "normal" qui nécessite probablement aussi une réadaptation progressive des athlètes.
Ainsi les jeunes joueurs de ces formations méritent tout notre respect et notre admiration. Le projet de recherche envisagé par le F-Marc est également, et surtout, destiné à mieux comprendre pour donner à leurs staffs techniques et médicaux les outils scientifiquement établis de leur protection et de leur préparation durant cette période.

 

 

Pensez-vous qu'il faudrait adapter les calendriers internationaux en fonction du ramadan ? Est-ce envisageable ?


Quand bien même ce serait envisageable, ce dont je doute, je ne crois pas que ce soit absolument nécessaire. Mon intime conviction est que la pratique du Ramadan n’est pas totalement incompatible avec la pratique du football de haut niveau, pour peu que l’on s’y prépare. Il est pour cela primordial de savoir avec précision les effets du jeûne sur l’organisme des footballeurs, pour adapter les programmes de préparation et d’entraînement, ainsi que les schémas nutritionnels.

Commenter cet article